La loi des 2 pieds

De l'origine des déplacements physiques à notre façon de penser

Nous appliquons la loi des 2 pieds, depuis que nous sommes bipèdes, soit depuis plus de 6 millions d’années. Cette loi qui peut paraître évidente de simplicité technique aujourd’hui, comprend pour autant quelques complexités et quelques incidences qui méritent que l’on s’y attarde un peu.

La loi des 2 pieds suppose plusieurs capacités à commencer par celle de reposer sur ses 2 pieds. Cette capacité tend à s’affaiblir puisque c’est ce que nous faisons de moins en moins, avec quelques ruptures sévères dues à des innovations technologiques majeures (tracteur agricole, voiture, siège de bureau ergonomique et autre canapé meletonné) sans parler des effets du confinement.

La deuxième capacité émergente de la première est celle de regarder autour avant de décider de son futur déplacement. Vous noterez que nous ne sommes pas les seuls à disposer de ce talent de réflexion avant la mise en mouvement. Et là aussi, nous avons pas mal d’exemples d’affaissement de cette capacité. Nous pouvons mesurer le temps que nous nous accordons à regarder et observer ce qui se passe, la distance qui nous sépare du danger, les options de fuite. Si cette réflexivité est assez difficile pour soi, les neurosciences nous apprennent beaucoup de la façon dont notre cerveau décide, à notre place si j’ose dire. Focalisés sur l’action immédiate, et notre gain à court terme, forts d'être arrivés en haut de la pyramide alimentaire, le cerveau émotionnel qui nous gouverne plus de 90% du temps, ignore les dangers à moyen-long terme qui nous guettent. Les neurosciences comme l’histoire montrent que nous ne valons généralement pas mieux que les autres êtres vivants.

Commençons donc à marcher. Le premier pas n’est pas anodin. Jambe droite ou jambe gauche ? Bien sûr, vous ne vous posez pas la question. Il n’y a que les gauchers qui ont eu la chance d’effectuer le service militaire qui se la sont vraiment posée.

Des choix d’appartenance à des collectifs

J’ai pu observé ces derniers mois la façon dont plusieurs personnes pratiquaient la loi des 2 pieds, dans plusieurs collectifs auxquels je participe. Qu’est-ce qui me retient ?

Lorsque je suis dans un collectif, quelles réflexions et questions se rapportant à la loi des 2 pieds puis-je me poser de façon plus consciente (en pleine conscience) ?

A. Je fais un petit pas ici pour faire un grand pas ailleurs ? B. Je fais un grand pas ici quite à ne faire que des petits pas ailleurs ? C. Je fais des petits pas dans tous les collectifs auxquels je peux participer.

Questionner sa façon de se déplacer dans le collectif, avec en perspective l’intérêt personnel, les dons et contre-dons revient à s’interroger sur la “motivation”.

Des rites d’entreprise

Pour revenir, à la loi des 2 pieds tels que la plupart d’entre nous l’ont découverte, à l’occasion de leur premier forum ouvert.

Elle autorise chacun à décider de rester ou de quitter l’espace de discussion.

Si une fois présent vous vous sentez pris au piège, qu’est ce qui vous retient de partir ?

  • Quelle image cela donnera de vous ?
  • Quel message envoyez-vous à ceux qui restent ?
  • Que croyez-vous que les autres pensent de cette rupture de relation ?

Une technique est donc d’anticiper et de décider du choix d’y participer.

Vous pouvez par exemple répondre à une invitation en disant qu’il vous manque des informations a minima sur l’ordre du jour (le sujet), l’objectif (le résultat attendu), et l’intérêt de votre présence.

Vous pouvez aussi définir vos critères et les partager avec ceux qui vous invitent:

Invitez-moi si vous pensez que je peux apporter une valeur, un éclairage au sujet que vous portez, ou bien si vous pensez que les décisions qui vont être prises vont impacter la façon de faire mon travail. Vous m'épargnerez ainsi un temps d’indécision et je prendrai plaisir à participer.

Bien sûr, vous pouvez penser que cette attitude peut vous écarter d’un certain nombre de conversations intéressantes, auxquelles vous aimeriez prendre part. Mais combien de temps gagnerez-vous pour augmenter la qualité de vos interventions là où elles ont le plus d’importance ?

En tant qu’animateur, il convient de rappeler à l’entame de chaque réunion, l’objectif et la raison pour laquelle les particpants sont là, ce que l’on attend d’eux. En rappelant le cadran des 4 profils types d’une réunion, Prisonnier Touriste Acheteur Explorateur, vous pouvez adresser un message à chaque profil et inviter les personnes à se prononcer. Ensuite il s’agit de présenter le cadre, le timing, les rôles, et si besoin le déroulé. Selon le cas, on peut demander à l’assistance les conditions ou règles de coopération que nous pourrions définir pour que cette réunion soit un succès et éclaircir sur l’application de la loi des 2 pieds avec l’incidence sur l’objectif.

in fine

Si cet article a maintenu votre cerveau attentif jusqu’ici, il est peut être temps de se rappeler de la loi des 2 pieds. Je vous en souhaite bon usage.

Références